Poudlard Alternatif Index du Forum
Poudlard Alternatif Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... ::

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Poudlard Alternatif Index du Forum -> RPG : La Grande-Bretagne & Le Monde -> ♦ Le trajet ♦
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ludwig-A. Horstz-Castilla
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2011
Messages: 671
Fiche: URL
Année: 1ère année
Statut: Sang-pur
Dortoir: Garçon 1-A
Journal de bord: URL
Relations: URL
Cartes: URL

MessagePosté le: 11/02/2011, 11:37    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

1er septembre 2011, début de soirée
Gare de Pré-au-lard et embarcadère


Ludwig-Anton descendit tranquillement du train et lança un regard à son aîné. Franz lui adressa un léger sourire. Juan et Alexander descendirent un instant après et se placèrent chacun d’un côté de l’enfant pour passer chacun un bras autour de ses épaules. Cela arracha un sourire au plus jeune des Horstz-Castilla.

[Juan Horstz-Castilla] « Et voila la gare de Pré-au-lard... »
[Alexander Horstz-Castilla] « Bientôt Poudlard ! »

L’adolescent sourit à ses aînés débordants d’énergie. Les jumeaux se montraient plus enthousiastes que lui-même à propos de sa propre entrée à Poudlard ! Pourtant, il avait attendu ce jour depuis tellement longtemps et il était réellement profondément ravi d’entrer à Poudlard... mais sa nervosité était allée grandissante durant tout le voyage.

Soudain, il remarqua un responsable qui appelait les élèves de première année. Bientôt il serait au château ! Calmement, le petit blond se dégagea de l’étreinte fraternelle et sourit gentiment à ses aînés, cachant son impatience de les rejoindre.

- A tout à l’heure.

Oui, c’était ici que leurs routes se séparaient, pour la fin du voyage et le début de la soirée. Les élèves de première année allaient emprunter les barques pour se rentre au château, tandis que les plus vieux – à partir de la deuxième année – allaient s’y rendre en calèche. Par la suite, les élèves seraient encore séparés jusqu’à ce que ceux de première année aient été répartis dans leurs maisons.

[Franz Horstz-Castilla] « A tout à l’heure, Ludwig-Anton. »
[Juan Horstz-Castilla] « A toute’ p’tit frère ! »
[Alexander Horstz-Castilla] « On te garde une place à côté de nous. »

Ludwig-Anton se dirigea vers les barques, même s’il aurait préféré emprunter une des calèches avec les anciens élèves... Ca lui aurait permis de rester avec ses aînés ! Mais bon, il les retrouverait après être passé par l’étape de la Répartition. Il sourit, s’imaginant déjà rejoindre Franz, Juan et Alexander à la table des Serpentards.

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/02/2011, 11:37    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Myosotis Cranberry
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2011
Messages: 128
Fiche: URL
Année: 1ère année
Dortoir: Fille 1-A

MessagePosté le: 13/02/2011, 10:50    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Myosotis regardait autour d’elle avec une grande circonspection. Tout ce qu’elle voyait lui paraissait bien étrange. D’ailleurs, ces derniers temps, toute sa vie lui avait semblé bien étrange...

    Cela avait commencé par cette lettre reçue au courrier d’un matin et qui avait plongé la famille dans l’étonnement le plus total. Une belle lettre, sur papier parcheminé, à l’esthétique ravissamment médiéval, à elle, Myosotis Cranberry, nommément adressée, lui signalant la reprise des cours au premier septembre. La lettre venait de « Poudlard, école de sorcellerie », était signé de la directrice-adjointe et ne portait pas de timbre.

    Myosotis avait tourné et retourné la lettre entre ses doigts, interloquée. D’où venait cette farce ? Car ce ne pouvait qu’en être une puisque les écoles de sorcellerie, cela n’existe pas ! Ses parents avaient eu la même réaction : « quelle est cette blague ? ». Ils avaient cherché des renseignements sur Internet. La nullité du résultat de leurs efforts avait convaincu la famille : tout cela était une plaisanterie, d’autant plus stupide qu’il n’y avait aucun témoin pour rire de leurs réactions. Elle soupçonnait l’œuvre d’un familier, se moquant des mille petits incidents qui embrouillaient son quotidien, même lorsqu’ils semblaient lui faciliter la vie, comme la fois où le stylo cherché avait brusquement atterri dans sa main comme s’il avait obéi à son appel. Allez raconter cela aux copains, ensuite ! Idéal pour essuyer une averse de moqueries.
    Et puis, il y avait eu ce jeune inconnu proposant à Myosotis de l’accompagner pour les achats demandés, toutes ces fournitures scolaires que la lettre mentionnait. Là, ses parents avaient eu des doutes. N’avait-elle pas, un jour ou l’autre, passé un examen à son collège ? Un examen qu’elle aurait oublié de mentionner mais qui la faisait postuler pour entrer dans un collège de renom ? Car, enfin, elle avait bien dû faire quelque chose pour « bénéficier de l’inscription » à ces cours ! Même si, à chaque fin de discussion sur ce sujet, revenait immanquablement la conclusion : « ce n’est pas étonnant que Myosotis ait été remarquée. C’est une fille exceptionnelle ! ». Fine notation que suivait presque toujours cette autre : « Il faut reconnaître qu’elle fait parfois des trucs bizarres. »

    Comme des études gratuites n’étaient pas à dédaigner, ses parents avaient finalement accepté le principe et étaient venus tous deux à la gare. C’était la dernière étape. Ils l’avaient prévenue : si l’ambiance du départ était sinistre, si les élèves en partance paraissaient de mauvaise tenue, si quelque chose sonnait comme déplaisant... Myosotis rentrerait avec ses parents et retournerait à son ancienne école.

    Bien sûr, tout avait changé quand la famille s’était plantée devant le mur du quai 9 ¾. Les élèves sur le départ ne manquaient pas. Quand, pour la septième fois, le trio des Cranberry avait vu enfant et chariot à bagages foncer dans le mur et disparaître, la certitude d’une réelle inscription dans une réelle institution de sorcellerie s’était ancrée.

    [Père] « Eh bien, vas-y, ma chérie. »
    [Mère] « Et si ça ne t’intéresse pas, reviens sans hésiter ! »

    Myosotis avait été soulagée de voir ses parents demeurer dans la gare sans proposer de l’accompagner jusqu’à la voie. Elle était bien assez grande pour voyager seule ! Empoignant courageusement le chariot dans lequel s’entassaient sa valise, son sac bourré de livres et le panier où miaulait doucettement Pelote, son chaton, elle avait atteint le quai où se pressaient ceux dont elle devenait la condisciple. Les imitant, elle avait longé un train mené par une locomotive rouge et noire, puis grimpé dans un wagon, trouvé une place pour ses bagages et pour elle-même...

Tout le long du trajet, un long trajet qui avait duré tout l’après-midi, elle avait bavardé avec les autres passagers. Tous de première année, comme elle, et tous à la fois ignorants de l’avenir et bouillonnants de choses à dire. Plusieurs donnaient des détails sur la vie dans cette école, glanés auprès d’ainés. Ils avaient tous l’air d’y connaître quelque chose et elle n’avait pas osé dire qu’elle ignorait totalement pourquoi elle était là.

Et puis, surtout, elle trouvait tout bien étrange. Bien inquiétant aussi. Deux jeunes garçons, jumeaux à n’en pas douter, l’avaient prévenue, alors qu’elle avançait encore sur le quai, au départ : à l’arrivée, les élèves de première année prennent des barques et il n’était pas rare que l’une d’elles soit renversée exprès dans le lac, comme tribut au poulpe géant qui y réside.

Alors, là, devant le lac sombre qui clapotait devant elle, devant ces barques qui formaient une file à l’embarcadère, elle avait un peu peur...

_________________
Revenir en haut
Ludwig-A. Horstz-Castilla
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2011
Messages: 671
Fiche: URL
Année: 1ère année
Statut: Sang-pur
Dortoir: Garçon 1-A
Journal de bord: URL
Relations: URL
Cartes: URL

MessagePosté le: 16/02/2011, 12:41    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Ludwig-Anton soupira légèrement en s’approchant des barques. Il y avait déjà quelques personnes qui avaient sauté dans les embarcations, des personnes visiblement plus ou moins rassurées, plus ou moins malines. Certains étaient sagement assis sur le petit siège fait d’une simple planche tandis que d’autres, debout dans leur barque, s’amusaient à la faire tanguer. Ludwig-Anton ne voulait pas se retrouver avec un énergumène de ce genre. Il avait déjà ses frères pour agir de la sorte et ne voulait pas se retrouver à l’eau à cause d’un autre idiot. Toutefois, la perspective de se retrouver dans ce lac sombre ne l’effrayait pas – il savait bien qui avait lancé la rumeur du poulpe carnivore et n’était pas dupe – et s’il ne voulait pas se retrouver dans l’eau, c’était juste parce qu’il n’avait pas envie d’être trempé dès son arrivée !

Il avança calmement, en direction des embarcations un peu plus éloignées, plus tranquilles. Ce faisant, il passa inévitablement devant d’autres jeunes de première année. Il y avait une jeune fille – toute mignonne et qui ne faisait pas son âge – qui semblait apeurée à l’idée d’emprunter ces barques. Il y avait deux idiots qui riaient en parlant du poulpe, en se demandant s’ils allaient le voir et qui serait leur victime. Il y avait un garçon complètement blasé qui se laissa tomber dans la première barque qu’il avait repéré et qui défiait du regard quiconque voudrait l’y rejoindre... Il y avait de tout, parmi ces élèves de première année. Et le responsable, non loin, attendait que les jeunes montent dans les barques. Ca devait être pénible, ce travail...

Et Ludwig passa devant eux sans vraiment chercher à leur parler. Sans vraiment chercher à les connaître. Ce qu’il cherchait, c’était une barque tranquille. Ce qu’il voulait, c’était arriver sans encombre jusqu’au château. Sans encombre et sans être collé par quelqu’un qui se retrouverait à Poufsouffle. Sans encombre et sans sympathiser avec quelqu’un qu’il ne devrait pas fréquenter à l’avenir, vu qu’il serait à Serpentard et qu’il ne devait fréquenter que les gens convenables.

Tranquillement, il s’apprêta à monter dans une barque, un sourire calme aux lèvres. Bientôt, il serait à Poudlard. D’ailleurs, le surveillant devait avoir hâte d’arriver aussi, car il encouragea les élèves d’un simple « dépêchez-vous, maintenant ». Il posa doucement un premier pied dans la barque, tranquillement pour ne pas la faire chavirer. Pas comme l’autre, non loin, qui avait sauté dedans à pieds joints et qui avait manqué de peu de se retrouver dans la flotte...

_________________
Revenir en haut
Myosotis Cranberry
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2011
Messages: 128
Fiche: URL
Année: 1ère année
Dortoir: Fille 1-A

MessagePosté le: 19/02/2011, 13:49    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Myosotis se sentait pétrifiée. Elle s’en voulait d’être figée sur le quai comme un paquet encombrant, une potiche que les passants bousculaient, mais elle ne pouvait pas faire un pas de plus. La vision de ce grand lac sombre étendu devant elle la glaçait. Les barques paraissaient si frêles, si incapables de résister au moindre glissement sur ce liquide opaque... Comment pouvait-on s’élancer là-dedans, se confier à une si dérisoire protection ? Était-elle la seule à connaître l’existence de ce poulpe géant qui s’enroulait autour des imprudents venus flotter au-dessus de lui ?

Personne pourtant ne semblait vraiment terrifié. Pas comme elle en tout cas car, malgré cette menace, autour d’elle, c’était la presse, sinon la cavalcade, pour monter à bord. Il y avait bien quelques jeunes arrivants un peu hésitants, qui regardaient autour d’eux d’un air embarrassé, mais ils s’inséraient vite dans la file et prenaient place dans ces embarcations, à l’instar des plus téméraires qui sautaient carrément dedans. Il y en avait même un qui toisait les autres, bien installé dans une barque avec l’air de dire « n’approches pas, c’est pour moi tout seul ». Pas de danger qu’elle cherche à le rejoindre, elle la lui laissait, sa barque !

Elle lorgna sur un nouvel esquif approchant. Il fut pris d’assaut avant même qu’elle l’ait contemplé dans son entier. Un peu plus loin, un surveillant encourageait les voyageurs à continuer leur route. Il n’avait pas besoin de répéter autant de se dépêcher, le quai se vidait. Bientôt, elle serait toute seule...

Myosotis s’appliqua à respirer profondément. Cette ambiance effrayante, elle semblait la connaître. Elle l’avait déjà vue, dans ces sortes de rêves que sa famille nommait des cauchemars et qu’elle vivait à une autre profondeur. Le lac sombre, les barques... elle connaissait. Elle n’était jamais venue ici mais elle connaissait. Dommage qu’elle n’ait pas souvenir de la suite de ses rêves, de la poursuite de ce voyage, de cette traversée. Elle saurait alors si le poulpe allait jaillir devant elle ! Mais non, elle avait beau essayer de retrouver les détails diffus de ces visions, elle ne revoyait que cette rive, cette étendue sombre, et un visage souriant. La seule vision sympathique de ce rêve glauque. Un visage de gentil garçon. Elle soupira. C’était terrible de s’avouer qu’elle aurait préféré avoir rêvé d’un poulpe plutôt que d’un garçon !

La file diminuait. Myosotis regarda autour d’elle, encore et encore, en quête d’un compagnon de traversée qui lui inspirerait confiance. Du genre grand costaud capable d’assommer un poulpe aux tentacules trop aventureux.

C’est alors qu’elle LE vit. Lui. Le garçon qu’elle avait vu en rêve. Le garçon souriant ! Il se glissait dans une barque. Elle devait absolument le rejoindre !

Prenant son élan, elle fonça sur lui, indifférente aux silhouettes qu’elle dépassait, aux gens qu’elle bousculait. Elle sauta dans la barque en poussant un cri de joie :

- Tu es le garçon de mes rêves !

_________________
Revenir en haut
Ludwig-A. Horstz-Castilla
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2011
Messages: 671
Fiche: URL
Année: 1ère année
Statut: Sang-pur
Dortoir: Garçon 1-A
Journal de bord: URL
Relations: URL
Cartes: URL

MessagePosté le: 28/02/2011, 12:17    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Ludwig-Anton montait tranquillement dans sa barque, un pied après l’autre, sans se presser, profitant du calme et de la tranquillité. Il avait raison d’en profiter, car ça ne durerait pas longtemps. Encore moins longtemps qu’il pouvait l’imaginer. Il pensait faire une traversée tranquille, porté par l’eau calme dans la nuit douce, puis rejoindre le léger chahut de la salle commune et participer à la cérémonie de Répartition – vive en émotions pour tout le monde, selon les dires de ses frères – avant de rejoindre ses aînés à leur table, dans une ambiance amicale et agitée. Mais non. Ca ne devait pas se passer comme ça.

Il montait à peine dans la barque que quelqu’un le rejoignit en sautant dans l’embarcation. Ludwig-Anton sursauta et se stabilisa comme il le put : cela aurait été vraiment stupide de tomber à l’eau, alors il valait mieux avoir l’air bête en se tenant au bord de la barque plutôt que de tomber la tête la première dans le lac !

[Myosotis Cranberry] « Tu es le garçon de mes rêves ! »

Ludwig-Anton regarda la jeune fille bizarrement en se redressant lentement. Il ne l’avait jamais vue. Comment pouvait-elle se comporter comme ça avec lui ?! Le jeune garçon avait été élevé dans une famille de sorciers au sang pur, des sorciers froids et distants, qui avaient appris – avec certes plus ou moins de succès – les bonnes manières à leurs enfants. Et ce comportement n’en faisait pas partie. Ludwig-Anton n’y était pas habitué – sauf de la part de ses frères – et ne savait pas trop comment réagir. Pour l’instant, il se contentait bêtement de rester figé en regardant la jeune fille avec un air d’incompréhension. Mais il fallait qu’il se ressaisisse. Qu’il dise quelque chose.

- Euh…

C’était déjà ça. Ca meublait le silence. Ca permettait au jeune garçon de se reprendre. Il continuait de regarder la jeune fille. Elle avait visiblement à peu près son âge, et c’était logique car, vu qu’elle empruntait les barques, elle était forcément en première année. Elle était toute mignonne, avec son visage doux et ses grands yeux bruns. Elle n’avait pas l’air méchante pour deux mornilles, et ne semblait pas plaisanter. Il esquissa un léger sourire.

- Mais… on ne se connait même pas…

Comment pouvait-il être le garçon de ses rêves..? C’était absurde ! Flatteur, mais absurde. Mais comme la jeune fille n’avait pas l’air méchante et qu’il fallait bien que le voyage continue, il n’allait pas la faire descendre de la barque ! Tranquillement, il lui fit donc signe de s’asseoir et s’assit face à elle, dos au grand lac sombre, dos au château qui allait bientôt être en vue.

- Je m’appelle Ludwig-Anton Horstz-Castilla […]

Horstz-Castilla. Un nom qui n’est pas inconnu des sorciers du coin. C'est l'alliance de deux grandes familles de sorciers méprisants envers les sangs mêlés. Bien que cette famille ne prenne pas sa source en Grande-Bretagne, ils sont assez connus : Franz Horstz et de Louisa Castilla, les parents de Ludwig-Anton, avaient fait leurs études à Poudlard, à Serpentard, et avaient décidé d’y envoyer également leurs enfants. Trois fils à Serpentard, et un petit dernier qui avait tout intérêt à y aller également…

- […] Et… tu es..?

C’était un bon début, non ?

_________________
Revenir en haut
Myosotis Cranberry
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2011
Messages: 128
Fiche: URL
Année: 1ère année
Dortoir: Fille 1-A

MessagePosté le: 02/03/2011, 22:51    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Myosotis poussa un soupir immense, intense et long. Cette présentation avait un petit côté rassurant dans ce décor impressionnant, même si ce Ludwig-Anton avait un drôle de nom à tiroirs. Ce ne devait pas être facile à porter, un nom de la sorte, avec des tirets partout. Il devait certainement le prononcer le moins possible. C’est pour cela qu’il avait l’air tout timide. Ce devait être gênant de porter un nom compliqué et devoir sans arrêt le répéter ; parce que, forcément, personne ne devait le retenir...

Mais enfin, elle avait de la chance. Tomber sur lui, sur le garçon qu’elle avait vu en rêve, c’était phénoménal ! Et en plus, c’était un garçon tout gentil et poli, elle ne pouvait pas trouver meilleure compagnie ! Bien sûr, il n’avait pas l’air particulièrement costaud et il ne valait peut-être pas grand-chose dans un combat avec un poulpe géant mais il lui prêterait sûrement main forte pour taper sur les tentacules téméraires à grands coups de rame... Si on trouvait les rames. Car la barque en semblait dépourvue. Comment avançait-elle alors ? Ce n’était vraiment pas normal, tout ça.
Elle sentit soudain un poids dans le silence qui s’installait. Elle se souvint qu’il s’était présenté et lui avait demandé son nom. Elle se força à un petit sourire.

- Je m’appelle Myosotis Cranberry.

Normalement, s’il était comme tous les autres à l’entente de son nom, il sortirait une platitude à base de bouquet ou de cueillette, à cause de son prénom, et de jus de fruits à cause de son patronyme. Au même niveau, sévissaient ordinairement les jeux de mots sur les associations de fleurs et fruits, ou de couleurs bleu et rouge. Par précaution, elle essaya de préparer une réplique en défense à partir du nom qu’il avait révélé mais « Horstz-Castilla » n’amenait aucun commentaire. La « Castille » dirigeait sur l’Espagne mais ce n’était pas drôle, et le « Horstz » ne menait nulle part. Et puis, de toute façon, on ne se moque pas des noms des gens. Et puis...

- ah !

La barque ! Elle partait toute seule ! Mais quand donc finiraient tous ces trucs bizarres ! C’était dangereux, ça ! Une barque qui vogue toute seule sur un lac sombre peuplé de monstres tentaculaires... Un frisson la parcourut. Discrètement, elle coula un regard vers son compagnon et se pencha vers lui en chuchotant :

- Dis... Tu sais taper sur les poulpes ?

_________________
Revenir en haut
Ludwig-A. Horstz-Castilla
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2011
Messages: 671
Fiche: URL
Année: 1ère année
Statut: Sang-pur
Dortoir: Garçon 1-A
Journal de bord: URL
Relations: URL
Cartes: URL

MessagePosté le: 05/03/2011, 23:12    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Quand Ludwig-Anton se présenta, la jeune fille soupira. Ce n’était pas la première fois qu’on soupirait à son nom, mais pourquoi cette jeune fille réagissait-elle ainsi ? Etait-ce parce qu’il était un Horstz-Castilla de plus ? Parce qu’il n’avait pas une attitude digne de sa famille ? Et puis, c’était elle qui l’avait abordé bizarrement, alors elle aurait dû réagir autrement !

[Myosotis Cranberry] « Je m’appelle Myosotis Cranberry. »

C’était mignon ! Un nom fruité et fleuri, ça évoquait la douceur et la gentillesse. Ca lui allait bien. Elle n’avait pas l’air démoniaque, cette jeune fille. Elle était certes un peu bizarre pour l’avoir abordé comme elle l’avait fait, mais elle était gentille.

- C’est joli…

C’était fade, comme réponse. Mais qu’aurait-il pu dire ? Comparer son nom avec un bouquet de fleurs, c’était sans doute vraiment classique. Ca devait même en devenir pénible, à la longue, non ? A sa place, Ludwig-Anton n’aurait pas vraiment apprécié. Parce que si, une fois ou deux, c’est gentil… au bout d’un moment, ça doit être vraiment casse-pieds ! Et puis, Ludwig-Anton n’avait pas intérêt à complimenter la jeune fille, parce qu’elle n’était sans doute pas quelqu’un de fréquentable aux yeux de sa famille. Elle était trop mignonne pour aller à Serpentard. L’adolescent aurait pu alors, justement, comparer son nom à des fleurs, lui sortir une banalité agaçante, pour l’embêter… mais il ne le fit pas non plus. Il n’en avait pas envie et n’en voyait pas vraiment l’intérêt.

[Myosotis Cranberry] « ah ! »

La barque s’était mise en mouvement toute seule, sans prévenir. Mais il n’y avait pas de quoi pousser un tel cri ! Pauvre jeune fille. Elle semblait tellement perdue, tellement pas à sa place ici. Peut-être avait-elle été élevée chez les moldus… ce qui était une raison de plus de ne pas la fréquenter ! Mais, en voyant cet air pas très rassuré que Myosotis affichait, l’adolescent ne pouvait pas se montrer méchant. Il lui sourit machinalement, d’un sourire gentil et compatissant. Réconfortant.

[Myosotis Cranberry] « Dis... Tu sais taper sur les poulpes ? »

Taper sur les poulpes… quelle drôle d’idée ! Sans doute était-ce la conséquence de la rumeur du poulpe carnivore qui capturait les élèves de première année. Une rumeur stupide lancée par ses frères. Mais cette réflexion de la jeune fille n’était pas plus maline. Se faire avoir à cette blague ne démontrait pas non plus une grande réflexion, mais bon ça pouvait se comprendre : première année, nouvel univers, des jumeaux très convaincants quand ils s’y mettent… Mais de là à demander sérieusement à un camarade d’embarcation s’il sait « taper sur les poulpes », c’était dingue ! En plus, que ça soit sur un poulpe ou sur autre chose, taper ça reste taper…

- Bin… les poulpes ou autre chose, c’est pareil, non ? Et puis, de toute façon, c’est pas bien, de taper les poulpes. C’est méchant de taper les animaux. Toutes les créatures, d’ailleurs ! Mais t’en fais pas, le poulpe géant te fera rien…

Comme si le directeur de Poudlard – aussi fou soit-ils aux dire de sa famille – allait vraiment envoyer ses élèves courir un tel danger et se faire dévorer ! Même si certains ne seraient certainement pas contre le fait laisser dévorer deux ou trois élèves issus de familles moldues, c’était absurde de penser que cette idée avait un quelconque risque de se concrétiser !

_________________
Revenir en haut
Myosotis Cranberry
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2011
Messages: 128
Fiche: URL
Année: 1ère année
Dortoir: Fille 1-A

MessagePosté le: 15/03/2011, 15:19    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Myosotis coula vers lui un regard circonspect. Qu’il était gentil, ce garçon, avec son « c’est pas bien, de taper les poulpes »... Il était gentil-gentil... mais un peu neu-neu. Car enfin, il ne s’agissait pas de taper sur un poulpe dans le seul but de s’amuser à lui faire éclater les tentacules ! Le geste avait une autre finalité ! C’était une option de défense dans un univers totalement inconnu ! Ne le voyait-il pas ? Elle soupira. Elle avait dû tomber sur un de ces gentils écervelés qui voient tout en rose. C’est elle qui allait devoir combattre pour lui quand le poulpe surgirait des profondeurs. Lui, il serait bien capable de tendre les bras vers le tas d’appendices mouvants dansant devant lui, en criant « ami ! ami ! ». Elle ne pourrait pas laisser se commettre une telle horreur... même si elle ne voyait pas comment l’empêcher.

Déjà, un point positif : il était au courant de l’existence de ce monstre... même s’il minimisait le danger au point de l’écarter, attitude aussi irresponsable que se jeter dans l’aventure sans réflexion. « le poulpe géant te fera rien », tu parles ! Est-il un spécialiste des céphalopodes sanguinaires pour affirmer cela ?

Avant tout, elle devait l’amener à regarder le risque en face. Mais elle devait y aller doucement, pour ne pas le paniquer. Déjà, elle devait le rassurer quant à ses intentions à propos des animaux. Il ne devait pas penser qu’elle était méchante avec eux !

- Ne t’inquiète, pas, je ne taperai que s’il le faut. Juste pour lui montrer que ce qu’il fait n’est pas bien.

Ensuite, quand le monstre agiterait ses ventouses dans leur direction, il faudra tout faire pour que l’embarcation ne se retourne pas, pour éviter qu’ils se retrouvent tous deux dans l’eau sinistre à la merci de l’ennemi. Comment expliquer à ce gentil garçon qu’en cas de danger, il devait se cramponner à la barque, sans bouger, sans se lever ? Myosotis trancha la question en choisissant de donner un ordre facile à exécuter :

- Tu devras rester assis ici quoi qu’il arrive, c’est plus prudent.

La barque avait commencé sa route, la rive derrière eux se perdait déjà dans les ténèbres. Myosotis frissonna. Et si ce gentil compagnon de voyage cherchait simplement à la rassurer ? Pour lui procurer encore quelques minutes de paix avant que se déchaine l’horreur...

Mais alors, c’est qu’il savait quelque chose ! Elle aurait dû s’en douter ! Elle ne rêvait pas de personnage sans envergure. Si elle l’avait vu en rêve, c’est qu’il détenait une importance capitale, venue de la connaissance de faits d’une importance capitale !

Mais alors, s’il était important, il ne pouvait finir en repas pour poulpe ! Et elle non plus puisqu’elle était avec lui. Il le lui avait affirmé d’ailleurs : « le poulpe géant te fera rien »... C’était bien rassurant.
Elle soupira d’aise.

- J’ai compris. Je sais qui tu es maintenant. Je sais que je peux te faire confiance en tout.

_________________
Revenir en haut
Ludwig-A. Horstz-Castilla
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2011
Messages: 671
Fiche: URL
Année: 1ère année
Statut: Sang-pur
Dortoir: Garçon 1-A
Journal de bord: URL
Relations: URL
Cartes: URL

MessagePosté le: 24/03/2011, 09:51    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

Pour quoi il devait passer, à ainsi prendre la défense des animaux ? C’était bien loin de l’image qu’il cherchait à donner, en tout cas ! Le garçon blond retint un soupir. Sa réputation de fier serpentard – à l’image de sa famille – était déjà mise à mal par une jeune file qui venait d’arriver ! En si peu de temps… Comment avait-il pu être si bête ? Pourquoi avait-il dit que c’était bête de taper sur les poulpes ? Pourquoi avait-il pris la défense des animaux ? C’était ce qu’il avait trouvé de mieux, sur le moment, pour ne pas parler de la blague de ses frères, pour ne pas dire que le poulpe restait le plus souvent au fond de l’eau et que, exceptionnellement, il venait parfois flotter à la surface mais qu’il n’était en aucun cas dangereux. Pour ne pas rassurer trop Myosotis…

Et maintenant, c’était elle qui le rassurait ! Elle lui disait qu’elle ne ferait pas de mal pour rien à l’animal. Evidemment ! Déjà, il ne viendrait pas les attaquer… et puis, elle n’avait pas le profil de la cruelle personne qui ferait du mal aux animaux pour le plaisir. Elle semblait trop douce, trop gentille… loyale sans doute… elle irait probablement à Poufsouffle. Ludwig-Anton ne pouvait pas se permettre de le lier avec elle, mais comment repousser quelqu’un dans si peu d’espace ?! Parce qu’une barque, ce n’est pas si grand… et puis, la tentative du fils Horstz-Castilla avait plutôt eu l’effet contraire à l’effet désiré. C’était maintenant la jeune fille qui voulait le protéger ! Il avait l’air si faible que ça ? D’accord, les serpentards n’étaient pas connus pour leur courage et leur force, mais quand même… un garçon de serpentard ne s’abaisse pas à se faire protéger par une fille de poufsouffle !

- Ca va… marmonna-t-il de manière peu audible.

La barque continuait d’avancer tranquillement, se souciant fort peu de la conversation – ou du manque de conversation – qui animait ses passagers. Elle se contentait de suivre sa route, et Ludwig-Anton espérait qu’elle ne soit plus très grande. A son impatience de découvrir le château se mêlait une impatience grandissante de s’éloigner de la jeune fille. S’en éloigner… l’oublier… qu’elle l’oublie. Après tout, leur relation n’était pas très grande : juste deux nouveaux élèves qui avaient partagés une barque… Myosotis n’avait donc pas de raison de vouloir revoir Ludwig-Anton, si ? Quoique… elle avait bien dit qu’il était le garçon de ses rêves, quelques instants plus tôt…

[Myosotis Cranberry] « J’ai compris. Je sais qui tu es maintenant. Je sais que je peux te faire confiance en tout. »

Le garçon de ses rêves, et maintenant un garçon de confiance. Quel désastre ! C’était tout ce qu’il ne devait pas être. Comment un fier serpentard pouvait-il être l’illustration vivante des rêves d’une adolescente ? Comment pouvait-il être quelqu’un sur qui elle pouvait compter ? Comment pouvait-il être autant de confiance ? Qu’avait-il dit pour qu’elle s’imagine ça ? Qu’avait-il fait pour que son arrivée à Poudlard soit aussi désastreuse ?!

Les serpentards peuvent toutefois se faire passer pour des gens de confiance, tant que ça leur est utile, non ? C’était ce que faisait souvent les parents de l’adolescent, en tout cas. Alors il faudrait que Ludwig-Anton trahisse Myosotis. Mais la pauvre jeune fille semblait tellement croire ce qu’elle disait, semblait tellement lui faire confiance… elle aurait certainement vraiment mal s’il la trahissait ouvertement. Et même si c’était pourtant le but de la manœuvre, l’adolescent s’y refusait.

- Ne te fais pas d’idée… murmura-t-il.

Ce « je sais qui tu es » continuait de résonner dans sa tête, prenant petit à petit de plus en plus d’importance. Elle l’avait abordé en le prenant pour le garçon de ses rêves, pour qui le prenait-elle maintenant ? Qu’avait-elle compris ? Qu’est-ce qu’elle savait ? Tant de questions qui durent se lire un instant dans son regard perdu. Il ferma un instant les yeux, soupirant pour évacuer ses interrogations et ses craintes.

_________________
Revenir en haut
Admin
Staff' magique ♥

Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2010
Messages: 1 147

MessagePosté le: 24/07/2011, 00:23    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux... Répondre en citant

TOPIC TERMINE


    Ludwig-Anton Horstz-Castilla rapporte 16 points à Gryffondor
    Myosotis Cranberry rapporte 16 points à Poufsouffle

      (Flèche) Points de clôture de RP

      Personnage joueur : Ludwig-Anton Horstz-Castilla
      Respect du contexte et du règlement (/6) : 6 points
      Respect du lieu et de la date (/3) : 3 points
      Orthographe (/3) : 3 points
      Taille du topic (/5) : 2 points
      Taille des messages (/3) : 2 points

      Personnage joueur : Myosotis Cranberry
      Respect du contexte et du règlement (/6) : 6 points
      Respect du lieu et de la date (/3) : 3 points
      Orthographe (/3) : 3 points
      Taille du topic (/5) : 2 points
      Taille des messages (/3) : 2 points

      (Flèche) Résultats Personnage

      Gain de point : aucun
      Perte de point : aucune


_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:53    Sujet du message: [01/09/2011] [Pré-au-Lard] Maman les p'tits bateaux...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Poudlard Alternatif Index du Forum -> RPG : La Grande-Bretagne & Le Monde -> ♦ Le trajet ♦ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com